Ville de Champs-sur-Marne

Accueil > La mairie > Tribunes politiques

Redactionnel

Tribune politique

Mai 2018

GROUPE ÉLUS COMMUNISTES ET CITOYENS

GROUPE DES ÉLUS SOCIALISTES

Trump, Macron et May ne pensent guÈre à la paix

Emmanuel Macron, Donald Trump et Theresa May ont mené samedi 14 avril, avant l’aube des frappes militaires coordonnées en Syrie. États-Unis, France et Grande-Bretagne, dont la stratégie en Syrie a échoué, tentent, à travers les bombardements et les accusations d’utilisation d’armes chimiques, de rebattre les cartes pour jouer un rôle.
À 4 heures du matin, le 14 avril, un tweet d’Emmanuel Macron relaie le communiqué qu’il vient de publier et dans lequel il annonce que « le samedi 7 avril 2018, à Douma, des dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants ont été massacrés à l’arme chimique, en totale violation du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies ». Pour le président français, qu’il faut croire sur parole, « les faits et la responsabilité du régime syrien ne font aucun doute. La ligne rouge fixée par la France en mai 2017 a été franchie. (J’)ai donc ordonné aux forces armées françaises d’intervenir cette nuit, dans le cadre d’une opération internationale (…) et dirigée contre l’arsenal chimique clandestin du régime syrien ».

Le ton se veut grave, de celui qu’aff ectionnent les dirigeants qui posent un regard paternaliste sur les souff rances des peuples. Une fois de plus, Emmanuel Macron, comme ses prédécesseurs, évacue toute explication politique dans cette intervention militaire qui, en plus d’ébranler le Moyen-Orient, engage la planète tout entière dans une atmosphère de guerre mondiale aux conséquences imprévisibles.
Il ne s’agirait donc que de justice, que de protection humanitaire. La sainte Trinité – États-Unis, France, Grande-Bretagne – vient punir. Et si, en réalité, les motivations étaient moins pures, plus alimentées par des considérations géopolitiques ?

 

 

Ensemble contre le report du projet du Grand Paris Express

En février, le gouvernement a annoncé des reports de calendrier ainsi que des modifi cations concernant le projet du Grand Paris Express. L’ensemble de la ligne 16 reliant Saint-Denis-Pleyel à Champs-sur-Marne ne devrait être opérationnelle qu’en 2030 au lieu de 2023. La prolongation de la ligne 11 qui devait relier Châtelet les Halles, Rosny-sous-Bois et Champs-sur-Marne a disparu. Ces décisions politiques, qui se font en défaveur de la Seine-et-Marne, montrent l’incapacité de ce gouvernement d’une part à assurer la continuité de l’Etat sur des sujets majeurs et d’autre part à relever l’enjeu très important des transports en Ile de France. Notons également que ces arbitrages se font sous des prétextes fi nanciers et techniques, alors que depuis des années les Franciliens et donc les Seine-et-Marnais et Campésiens paient une taxe pour la réalisation de ce projet.
Que fait notre députée ? Elle communique sur son action en circonscription et sa mobilisation sur les dossiers locaux. Mais elle ne doit pas rester en retrait sur le Grand Paris Express en se cachant derrière les décisions gouvernementales. Elle doit aujourd’hui agir aux côtés des élus locaux pour défendre les intérêts des habitants. Ce projet qui n’est pas qu’une simple gare, mais un moyen notamment d’améliorer le quotidien des Franciliens et donc des Campésiens, doit permettre la construction de nouveaux logements et aider au développement économique de notre circonscription. Les élus socialistes sont sensibilisés sur ce projet du Grand Paris Express et nous continuerons à vous alerter sur un sujet pour lequel nous devons tous être mobilisés.

 

O. Daniel, J. Gobert, C. Kastelyn, L. Kazarian, S. Sarr, C. Thépaut, T. Babec,
S. Delestaing, C. Guédou, S. Russo

 

GROUPE ÉCOLOGISTE - LES VERTS

GROUPE D'OPPOSITION CHAMPS TOUS ENSEMBLE

Texte non parvenu

 

Mai 2018

Certains voudraient célébrer mai 68 voire même en faire une reconstitution.

Ceci-dit, ici les gens ont d’autres préoccupations comme le pouvoir d’achat, la sécurité, la fi scalité, la santé, les transports, le Grand Paris Express, l’eff ort fi scal à venir pour reprendre la dette de la SNCF ou compenser la taxe d’habitation etc. Ce sont aussi des sujets concrets que les membres d’associations et autres acteurs de la vie locale évoquent avec nous. Ainsi, il est clair que les commerçants qui font vivre le Centre-Ville et les autres quartiers doivent être soutenus et nous militons notamment pour une Union des commerçants, des facilités de stationnement, un marché et le développement d’initiatives attractives, une concurrence loyale avec les grandes surfaces etc.
Cela correspond à notre vision d’une société stable qui est fondée sur les Lois. Rien ne nous est plus étranger que le slogan libertaire « Il est interdit d’interdire » devenu celui de l’ultra-libéralisme, de la dérégulation sociale et économique, de la précarité mais aussi du communautarisme, du laxisme et du refus de l’autorité. Il est donc d’autant plus important d’avoir une vision cohérente fondée sur des valeurs fortes et équilibrées que nous vivons des temps incertains et inquiétants pour notre cohésion sociale.
C’est sans doute pour ces motifs que nous pensons que le meilleur slogan de mai 68 et qui demeure d’actualité, c’est « la réforme oui, la chienlit non ».

 

ERIC BITBOL - CHANTAL JEUNESSE - JEAN PATRICK MARTY - AGNES MIQUEL - EMMANUEL PEREZ - DOMINIQUE MOEBS - BERNARD CHAMPES

 






Flux rss    Haut de page

© Mairie de Champs-sur-Marne  |  Contact  |  Plan du site  |  Mentions légales  |  Accessibilité

Flux rss    Haut de page

© Mairie de Champs-sur-Marne  |  Contact  |  Plan du site  |  Mentions légales  |  Accessibilité