Ville de Champs-sur-Marne

Accueil > La mairie > Tribunes politiques

Redactionnel

Tribune politique

septembre 2018

GROUPE ÉLUS COMMUNISTES ET CITOYENS

GROUPE DES ÉLUS SOCIALISTES

RentrÉe scolaire : les vieilles recettes de l’ancien nouveau monde

Les élèves, les enseignants et tous les personnels de l’Education nationale et municipaux ont repris le chemin d’une école où la diffusion des savoirs reste la source irremplaçable d’émancipation.
Le Ministre de l’Education nationale diffuse en cette rentrée une stratégie de communication évitant soigneusement les problèmes de fond. Derrière les effets d’annonce, l’école est soumise à une érosion systématique de la qualité du service public, à coup de mise en concurrence des écoles et des enseignants, et de compétition scolaire de la maternelle au supérieur.
Les inégalités et le tri social, déjà massivement à l’œuvre, vont se retrouver accentuées. Le bilan calamiteux de « Parcoursup », en particulier en matière d’inégalités sociales et territoriales, est révélateur du sens de la politique macroniste.
Les CP et CE1 dédoublés dans l’éducation prioritaire (Champs sur Marne n’a pas été retenu) ne font pas oublier que l’absence de moyens nouveaux aboutit au rétrécissement de ceux dans les autres classes, et à l’abandon partiel du dispositif « plus de maitres que de classes ».
Ils ne font pas oublier que l’absence de moyens suffisants pour l’école aboutit toujours à des effectifs trop élevés, avec 25 élèves en moyenne, bien plus que dans les autres pays de l’OCDE. Le recours à des contractuels sans formation est symptomatique du manque d’ambition du Gouvernement pour le service public d’éducation.
L’interdiction des téléphones portables au collège, "grande nouveauté" de la rentrée selon le ministère, ne change pas la donne pour les établissements qui l’interdisaient déjà pour la plupart.
De même, l’annonce de la scolarité obligatoire dès 3 ans escamote la question de l’allongement de la scolarité obligatoire de 2 à 18 ans, tout en ne concernant qu’un très petit nombre d’élèves.

 

 

 

Texte non parvenu

 

GROUPE ÉCOLOGISTE - LES VERTS

GROUPE D'OPPOSITION CHAMPS TOUS ENSEMBLE

Qu’y-z-y viennent ! Qu’y-z-y viennent !

Cette phrase n’est pas d’Emmanuel Macron exhortant ses députés au sujet d’Alexandre Benalla, mais de Goudurix, le neveu d’Abraracourcix dans Astérix et les Normands. Encore une histoire de Gaulois…
Nicolas Hulot, lui, a quitté le gouvernement, écœuré d’avoir perdu un nouvel arbitrage cette fois sur la chasse. Il a tiré la leçon que décidément le néolibéralisme, c’est-à-dire la recherche du profit maximum dans un temps minimum, n’est pas compatible avec l’écologie. Il serait temps d’aborder la société post croissance, basée sur la sobriété, sur l’efficacité à long terme et sur le goût de l’action collective.
Ce qui nous a touché, nous, écologistes, c’est l’extrême solitude de Nicolas Hulot au sein du gouvernement, réduit au rôle de caution écologique et médiatique, de pur produit de communication, vidé de toute substance. Nous l’avons tous connu à notre niveau cette terrible sensation : Rappelons-nous notre isolement lors du vote de la subvention aux chasseurs à la communauté d’Agglomération de Paris-Vallée de la Marne.
Il est plus que temps de passer de la com aux actes. Mais l’exemple de Nicolas Hulot prouve que nous n’y arriverons pas seuls, face aux barbouzes déguisées en policiers qui cassent la figure des passants, face aux lobbys du nucléaire, des pesticides, de la chasse…

« Le tueur n’est jamais un bienfaiteur » proverbe arabe.

Pour le groupe « Les Verts » Martine Bombart, Alain Leclerc

 

Des Convictions et du comportement en politique

Nous travaillons au service des habitants en affirmant nos convictions dans tous les domaines : sécurité, fiscalité, environnement, économie et social etc.
C’est un comportement respectueux et responsable envers les habitants et envers nos adversaires et c’est ainsi que nous concevons le devoir nécessaire des opposants en démocratie que ce soit aux niveaux local ou national. Nul ne doit agir sans limite et nous constatons les dégâts causés par un pouvoir qui méprise les contre-pouvoirs des élus aux associations, les institutions, l’Administration etc.
L’exercice du pouvoir ne doit pas être personnel ou clanique, il ne doit pas servir la finance ou la technocratie, il ne doit pas protéger des courtisans. Le pouvoir ne doit pas être distant et cynique au point de faire la fête quand le Peuple est mis à contribution comme jamais et qu’on parle d’argent de dingue lorsqu’il s’agit du social.
En Inde, E Macron avait osé affirmer qu’il ne faut pas respecter les règles ce qui nous rappelait le bien malsain « interdit d’interdire » alors que, pour nous,  la Démocratie c’est au ,contraire, d’abord le respect des règles et de la Loi.
Pour nous, l’exercice sain  du pouvoir, c’est être respectueux de tous, c’est savoir écouter et entendre ceux qui pensent y compris autrement puis décider car, comme le disait E Satie «  si l’on veut avoir raison, il faut commencer par être raisonnable »

 

ERIC BITBOL - CHANTAL JEUNESSE - JEAN PATRICK MARTY - AGNES MIQUEL - EMMANUEL PEREZ - DOMINIQUE MOEBS - BERNARD CHAMPES

 






Flux rss    Haut de page

© Mairie de Champs-sur-Marne  |  Contact  |  Plan du site  |  Mentions légales  |  Accessibilité

Flux rss    Haut de page

© Mairie de Champs-sur-Marne  |  Contact  |  Plan du site  |  Mentions légales  |  Accessibilité